Vitaly Malkin
  • Projets
  • Engagements
  • Livres
  • Articles
  • En --
    FR

Dans mes lectures : Laurent Bouvet – Le Péril identitaire (2020)

  • Book club

Le Péril identitaire entre sans détours sinueux dans la question la plus polémique de l’actualité : la mal nommé « question identitaire ». Dans ce texte, court, mais puissant, Laurent Bouvet, revient en profondeur sur ce qui, aujourd’hui, fait que le débat public semble réduit aux questions « identitaires » et ne soit plus capable d’embrasser la complexité du réel.

La thèse de Bouvet consiste à montrer en quoi la crise « identitaire » du débat politique trouve ses racines profondes, non pas (uniquement) dans la pensée d’extrême gauche, comme on pourrait le penser instinctivement, mais plutôt dans une dégradation progressive du libéralisme anglo-saxon. Si le libéralisme de John Locke se voulait, au XVIIe siècle, une réponse à l’oppression de l’État pour la défense des droits individuels, cette logique s’est peu à peu dégradée en une indignation sur commande. Toute incursion dans la sphère privée ou « communautaire » est dès lors peu à peu perçue comme une agression de la part de « l’autre ». La dégradation de cette logique libérale en communautarisme identitaire trouverait ainsi son accomplissement chez John Rawls, le théoricien américain de la justice dans les années 1970. Défendant la possibilité de défendre ses intérêts communautaires (genre, race, culture, sexualité, religion, etc.), Rawls a préparé le terrain à l’« âge identitaire ».

Ce questionnement identitaire s’est peu à peu diffusé en France, où les termes du débat américain sont devenus de plus en plus fréquents : on a ainsi comparé la mort de George Floyd à celle d’Adama Traoré, lesquels seraient victimes du même « racisme systémique ». C’est ainsi qu’en France, les idées de Bourdieu et de Foucault sur la « domination », ont, elles, mis le feu aux poudres, en identifiant les catégories dominées, non plus à une structure sociale claire, mais à un sentiment de domination, cantonné à n’exprimer plus qu’une réalité « identitaire ». En ce sens, le questionnement identitaire, sous couvert de scientificité sociale, a ouvert les années de tous les discours victimaires et de toutes les élucubrations les plus folkloriques.

C’est cette dérive irrationnelle que pointe Laurent Bouvet dans cet essai courageux. Il retrace le fil de cette dégradation du libéralisme, il montre comment le discours identitaire mène nécessairement la société dans laquelle il se diffuse à une impasse.

Les articles

Tous les articles
Rejoignez des milliers de libres penseurs

Recevez gratuitement, en avant-première, nos nouvelles publications

Partagez vos réflexions et commentaires avec nous sur Facebook !

Abonnez-vous à la page de Vitaly

2021 -  Mentions légales