Vitaly Malkin
  • Projets
  • Engagements
  • Livres
  • Articles
  • En --
    FR

Quand les wokes brûlent d’un feu sacré

    C’est une affaire à laquelle vous n’avez pas pu échapper. Une histoire qui montre jusqu’où peut aller la bêtise des hommes quand ils ont décidé d’agir au nom du souverain Bien. Au Canada, des milliers de livres présents dans les bibliothèques scolaires ont été détruits car jugés « offensants » pour les autochtones (du moins par une porte-parole autoproclamée, laquelle s’est révélée n’avoir aucun lien avec ceux qu’elle prétendait « défendre »). Cette épuration en cours depuis deux ans a pu prendre la forme de « cérémonies » au cours desquelles des livres aussi dangereux que Tintin en Amérique ont été soustraits à la vision des enfants. L’apothéose, si je puis dire, a eu lieu lors d’une cérémonie de « purification par la flamme » tenue dans un but éducatif. Les cendres, nous apprend Radio Canada, citant les responsables de ce désastre, ont servi « comme engrais » pour planter un arbre et ainsi « tourner du négatif en positif ».

    Dès que la nouvelle s’est répandue, elle a (heureusement) donné lieu à des condamnations quasi unanimes. C’est qu’on ne brûle pas des livres impunément. Du moins pas en Occident. Le souvenir des autodafés renvoie ici à une période honnie : celle de la prise de pouvoir des nazis en Allemagne. Si personne, à ma connaissance, n’a explicitement traité de nazis les auteurs de ces « cérémonies » pratiquées sous influence woke, le souvenir des livres brûlés en place publique parce qu’ils insultaient la « race allemande » est immédiatement venu à l’esprit des commentateurs.

    Bref, le coup est rude pour les woke et leurs thuriféraires. Gageons qu’ils feront tout pour faire oublier ce fâcheux épisode. Par exemple en décrédibilisant ceux qui comparent leurs méthodes à celles des nazis. Comparaison absurde, diront-ils. Après tout, les militants woke n’agissent-ils pas en faveur du bien et du progrès ? Contre toutes les discriminations raciales ?

    Le wokisme, une religion en quête de pureté

    Il existe à mon sens d’autres parallèles plus pertinents. Des parallèles qui, mieux que la reductio ad hitlerum, disent ce qu’est le mouvement woke. Je veux parler des autodafés pratiqués au nom des religions.

    C’est une idée sur laquelle je réfléchis et travaille depuis un moment : ce qu’on appelle mouvement ou culture ou pensée woke est aussi proche d’une religion que d’un mouvement politique, rappelant en cela le communisme qui a envoûté des millions de personnes au siècle précédent. Même façon d’analyser les phénomènes sociaux selon les catégories du Bien et du Mal. Même explication du monde par le pêché originel (ici, la domination). Même propension chez « éclairés » à valoriser leur comportement vertueux, si besoin sous la forme de confession. Même goût pour la désignation d’hérétiques. Bref, le wokisme, c’est le christianisme sans la transcendance.

    Je ne suis pas le seul à le penser. De plus en plus d’analystes partagent ce diagnostic, en Amérique ou ailleurs. Récemment, je lisais une interview passionnante de Joshua Mitchell, professeur à Georgetown. Voici ce que disait ce spécialiste de Tocqueville à propos d’un phénomène qu’il compare à un réveil religieux : « La politique des identités est un tableau de classement de pureté morale. C’est, selon moi, le ’nouvel eugénisme spirituel’, qui sépare les purs des damnés. Les voix des purs doivent être entendues, mais si vous êtes parmi les damnés vous devez être purgé du corps social. »

    Les wokes perpétuent la tradition des incendiaires de l’esprit

    Ce qui nous ramène au fait de brûler des livres. Dans le cadre de mes recherches sur les religions, je me suis intéressé aux ouvrages passés par les flammes au nom des trois monothéismes. De manière significative, le premier autodafé pratiqué au nom de ce qui n’était pas encore le christianisme a eu lieu très tôt, après un sermon de Paul à Ephèse. L’épisode est évoqué dans les Actes des Apôtres : « Et un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques, ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tout le monde : on en estima la valeur à cinquante mille pièces d’argent. »

    Très vite, à mesure que leur pouvoir grandissait, les évêques se sont mis à dresser des listes d’ouvrages interdits. D’abord ceux dont le contenu était explicitement religieux, une stratégie destinée à faire taire les adversaires gênants, qualifiés d’hérétiques. Puis, dès lors qu’on s’est mis à produire des livres profanes, ceux dont le message allait à l’encontre du dogme. Et comme chez nos amis canadiens défenseurs des peuples premiers, la destruction par le feu était vue comme un moyen symbolique de faire disparaître le mal. La pensée magique a de beaux restes !

    La même politique a eu cours chez les juifs, mais dans une moindre mesure. Au 13e siècle, des rabbins opposés aux écrits de Maïmonide ont fait procéder à leur destruction, mais comme ils n’osaient ou ne pouvaient agir seuls, ils ont demandé l’aide de l’Inquisition. Du beau travail d’équipe ! Dans l’islam non plus il n’y a pas eu de politique systématique, simplement parce qu’il n’existe pas de clergé structuré. Il faut faire une exception de taille pour les sources primitives du Coran, détruites après travaux : ce livre étant supposé incréé, il a bien fallu brûler les preuves de sa fabrication humaine. On relève aussi le cas d’ouvrages brûlés au fil des conquêtes, car supposés idolâtres. Dernier exemple en date : la bibliothèque de Mossoul détruite par Daesh, avec ses 10 000 livres partis en fumée. Pour faire taire les critiques, les sociétés soumises à la loi islamique préfèrent généralement recourir à d’autres moyens que le feu : confiscation, censure, menaces de mort à l’encontre des auteurs « subversifs ».

    Brûler des livres, un symbole de domination sans partage

    Devant toutes ces pages réduites en cendres, une question se pose : cela a-t-il fonctionné ? L’acharnement à faire disparaître les preuves d’une pensée alternative au dogme (les preuves d’une vraie pensée) a-t-il eu le moindre effet sur ce que pensaient vraiment les gens ? Pas spécialement. Déjà, parce que beaucoup de fidèles étaient analphabètes. Ensuite, parce qu’avec l’invention de l’imprimerie, le nombre de copies s’est accru au point qu’il est devenu impossible d’« annuler » un écrit. Le seul effet de ces cérémonies par le feu, outre que la vision des bûchers devait impressionner les masses, a été de maintenir les intellectuels sous contrôle pendant un certain temps. Aujourd’hui, on brûle encore des livres au nom de la foi : en 2019, des prêtres polonais ont procédé à la destruction d’exemplaires de Twilight et de Harry Potter. Pour justifier leur geste, ils ont expliqué avoir agi selon l’enseignement de Paul, qui invitait à brûler les « livres magiques »…

    Malgré une efficacité aléatoire, l’autodafé est révélateur du besoin de domination sans partage qui est la marque des religions monothéistes. Il traduit toujours une violence, un rapport de force, l’exercice d’un pouvoir au nom d’un idéal dont les effets sur la vie des hommes peuvent être concrets, et parfois terribles. Au moment où les journaux s’attardaient sur le triste épisode canadien, on apprenait qu’un libraire de Kaboul avait détruit les exemplaires de certains ouvrages jugés dangereux pour lui depuis que les Talibans règnent à nouveau sur le pays. C’est là un cas indirect d’autodafé pratiqué au nom de Dieu : brûler soi-même des livres pour échapper à la vindicte des fanatiques.

    Il est des comparaisons qui font mal. Celle-ci devrait faire réfléchir les courageux combattants qui, dans nos démocraties libérales, brûlent des livres au nom d’une soi-disant domination structurelle qui les empêcherait de vivre.

    Les articles

    Tous les articles
    Rejoignez des milliers de libres penseurs

    Recevez gratuitement, en avant-première, nos nouvelles publications

    Partagez vos réflexions et commentaires avec nous sur Facebook !

    Abonnez-vous à la page de Vitaly

    2021 -  Mentions légales